Une Nouvelle Année ensoleillée

« Un beau soleil couchant (…) Embrasait la fenêtre  (…)  » Victor Hugo, les Contemplations Ici c’est l’or du soleil couchant sur la Baie des Chaleurs qui enlumine cette fenêtre en cette journée poudreuse du 31 décembre. En déplaçant l’objectif, la décoration de Noël complète ma … Lire la suite

Décembre

« (…) ce brouillard de décembre, glacial, tout en paillettes de gel suspendues (…) « Colette, la Vagabonde. 

La neige tarde à tomber cette année. J’ai, par contre, eu la chance, de croiser un harfang des neiges,  mais cette fois-ci sur le banc Larocque. Une femelle : elle est plus grosse et moins blanche que le mâle, ai-je appris d’une amie Facebook.
La mer est aussi belle qu’en été, plus bleue quand le ciel est dégagé. Le barachois hésite entre geler et dégeler. Sur le haut de la plage, les flaques d’eau forment des couches de glace.
 _DSC5889

Les ciels de mai

Les nuages occupent une place de choix dans le paysage que j’observe jour après jour. Parce qu’il vente beaucoup sur le bord de la mer et que je peux les voir arriver de très loin les gros cumulus. « Le vent soulève le ciel comme une mer. Il le fait bouillonner et noircir, il le fait écumer comme les montagnes (…) il n’y a plus que la course des nuages. Ils descendent vers … » l’est. J. Giono, Regain, 1930, p. 326.

D’autres nuages

_DSC5077-2_DSC7205-2_DSC1288-2

L’or du soleil couchant

      À Carleton-sur-Mer, le soleil couchant prend une coloration chaude en hiver malgré les grands froids qui s’annoncent en « janvier, premier mois qui nous hisse vers une lumière plus généreuse et voit les jours grandir » Colette, Belles Saisons.   … Lire la suite

Soleil de fin d’automne

Soleil de fin d’automne : oblique et dramatique.  « La lumière froide et dorée du ciel de novembre », comme l’aurait dit Camus, 1947.

En plus d’être le temps des grandes marées qui ont fracassé les cabanes de Sylvestre Alain en 2005._DSC5565 000138_DSC5569

Cabanes de pêcheurs

Les cabanes de pêcheurs que nous voyons sur la banc Larocque existaient du temps de mes grands-parents. Celles-ci, qui appartenaient à Sylvestre Alain, ont subi les assauts de vagues d’une tempête provenant de l’est. Je les ai photographiées le 5 décembre 2005. Quelques jours plus tard, elles avaient disparu, réduites en cendres par les autorités. Aurait-il été possible de les conserver?…

Nous sommes attachés à nos cabanes : les cabanes à Louis-Raymond, la cabane à Eudore reprise par l’Écomusée et sa glacière sur l’autre banc, la cabane de Lucille Boudreau et celle de Jean-Paul à Francis à Dick.  Elles font partie de notre paysage maritime. Espérons qu’elles continueront de résister le plus longtemps possible aux assauts de la mer.

000045

Après la tempête

Banc Larocque

À l’horizontale

« Si les hommes
avaient su regarder les vitraux de la mer
ils n’auraient jamais érigé de cathédrales
Tout est là à l’horizontale
Chaque regard sur la mer nue
est une prière émue. »
 
André Lavoie a associé ce magnifique poème à cette photo.vitraux